99francs – Frédéric Beigbeder

99francs – Frédéric Beigbeder

Format : Grasset

Auteur(s) : Frédéric Beigbeder

Editeur : Editions Grasset

Langue : Français

Parution : 01/05/2001

Nombre de pages : 281

Dimensions : 20 x 13 x 2.2

99 francs (parfois typographié 99 F) est un roman à succès provocateur d’inspiration autobiographique de Frédéric Beigbeder, publié en 2000, qui dénonce les dérapages cyniques du monde de la publicité dans la société occidentale de consommation. Il a valu notamment à son auteur d’être renvoyé de son entreprise (Young & Rubicam), pour faute grave. Le roman a également été réédité avec les sous-titres 14,99 euro (ou 14,99 €) ou 5,90 euros (ou 5,90 €). Ce roman a été découpé en six chapitres dont chaque partie est nommée par un pronom personnel, en lien avec Octave, le protagoniste. Ainsi, dans le chapitre premier, « Je », l’auteur s’exprime à la première personne. Dans le chapitre « Tu », il s’exprime à la deuxième personne, comme une vue de l’extérieur de sa propre vie, et ainsi de suite jusqu’au pronom personnel « Ils ». Ce livre se termine par une pléiade de slogans publicitaires, ceux-ci se finissant par le cynique « Bienvenue dans un monde meilleur ». Cette conclusion résume la promesse mensongère inhérente à l’ensemble de la publicité — la promesse d’une vie meilleure — dans un monde où la recherche du bonheur a fusionné avec l’image publicitaire.99 francs (parfois typographié 99 F) est un roman à succès provocateur d’inspiration autobiographique de Frédéric Beigbeder, publié en 2000, qui dénonce les dérapages cyniques du monde de la publicité dans la société occidentale de consommation. Il a valu notamment à son auteur d’être renvoyé de son entreprise (Young & Rubicam), pour faute grave. Le roman a également été réédité avec les sous-titres 14,99 euro (ou 14,99 €) ou 5,90 euros (ou 5,90 €). Ce roman a été découpé en six chapitres dont chaque partie est nommée par un pronom personnel, en lien avec Octave, le protagoniste. Ainsi, dans le chapitre premier, « Je », l’auteur s’exprime à la première personne. Dans le chapitre « Tu », il s’exprime à la deuxième personne, comme une vue de l’extérieur de sa propre vie, et ainsi de suite jusqu’au pronom personnel « Ils ». Ce livre se termine par une pléiade de slogans publicitaires, ceux-ci se finissant par le cynique « Bienvenue dans un monde meilleur ». Cette conclusion résume la promesse mensongère inhérente à l’ensemble de la publicité — la promesse d’une vie meilleure — dans un monde où la recherche du bonheur a fusionné avec l’image publicitaire.

99francs – Frédéric Beigbeder

99francs – Frédéric Beigbeder

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s